Blog, Jean-Philippe Blondel

Publié le par Serena

Le dernier livre que j'ai lu s'intitule Blog.

 

- Titre du livre : Blog.

- Auteur du livre : Jean-Philippe BLONDEL.

- Edition : Actes du Sud, Junior.

- Genre : jeunesse.

- Nombre de pages : 114 pages.

- Date de publication : mars 2010.

 

°Résumé (quatrième de couverture) :

«Le blog, c’était mon espace privé. Mon domaine. Et il a tout salopé. Je trouve ça dégueulasse. Ma révolte, je la revendique. Parce qu’il ne s’est pas retrouvé sur mon blog par hasard. Et qu’il ne s’y est pas rendu qu’une fois. Il l’a suivi, pisté, décortiqué. Quand je suis en face de lui, maintenant, j’ai l’impression de me promener nu en pleine ville».

 

blondel-blog

 

°Mon avis :

Le livre commence très fort, et ce dès la première page : aimeriez-vous qu’un de vos proches lise votre blog, surtout si ledit blog traite de vos sentiments du moment ?

Ne prendriez-vous pas cette démarche comme une violation de votre intimité ? Comme si, en quelque sorte, on ouvrait sans vous en demander la permission, votre journal intime ?

D’un autre côté, j’aimerais vous faire réfléchir à la vision du père : qu’auriez-vous fait à la place de son père justement ? Sachant que la communication était coupée avec votre enfant, n’auriez-vous pas eu la tentation de parcourir ce blog, puis de le lire ? Comment résister à cette tentation (voire La boite de Pandore) ?

 

Le narrateur du roman est un jeune lycéen ; il est en seconde.

Lorsqu’il découvre que son père a lu son blog, il est alors habité par divers sentiments : déception, tristesse, haine, etc.

Depuis, le jeune garçon semble traumatisé par la situation, et pour cause : «Quand je suis en face de lui, maintenant, j’ai l’impression de me promener nu en pleine ville» (Page 10).

Il déclare également que : «Espionner son enfant, c’est ne pas lui faire confiance. C’est lui nier le droit à une existence propre. Rien ne peut justifier cela» (Page 26).

 

Dans son blog, le jeune garçon traite aussi bien de ses goûts musicaux que de ses sentiments. Du coup il vit très mal cet épisode.

Il faut dire qu’il a parfois dû mal, au lycée. Il ne fait plus partie des premiers de sa classe, lui qui était toujours en tête auparavant. Mais au lycée le niveau monte et le garçon éprouve des difficultés à suivre aussi bien qu’avant.

Seulement voilà, son père est instituteur, et il a dû mal à s’y habituer.

 

Ce jeune garçon a aussi dû mal à supporter le fait qu’à ses yeux, sa petite sœur soit devenue le centre du monde ; elle est devenue «imbuvable» (Page 11).

 

J’ai trouvé ce roman émouvant et très touchant.

L’auteur nous explique par exemple qu’il a peur d’oublier, de ne plus se souvenir : «J’ai retrouvé aussi des gens dont je ne me souvenais plus – et cela m’a fait peur. En trois ans, je suis déjà parvenu à oublier des visages que je croisais tous les jours, alors qu’est-ce que cela va être dans dix ou vingt ans ?» (Page 29).

 

Mais l’auteur du roman ne s’arrête pas là. Il traite aussi des relations familiales et j’ai relevé une citation sur les enfants uniques qui a attiré mon attention : «Les enfants uniques, ça cherche toujours des frères partout» (Page 50).

J’ai trouvé l’angle d’approche de ce livre très intéressante, puisque c’est la vision d’un adolescent qui nous est livrée ici. Le lecteur se rend alors vite compte que les relations avec ses parents, sa sœur, ses oncles ou encore ses amis, le travaillent.

Finalement, être un adolescent et gérer ses relations humaines, ce n’est pas de tout repos.

 

Le narrateur se cherche et tente de savoir qui il est réellement. Il s’interroge notamment sur la signification du terme «grandir» :

- «C’est sûrement ça, grandir – abandonner petit à petit tous les attributs qui font de toi un des pions de ta génération pour aller au plus profond et découvrir ce qui fait de toi un être unique» (Page 52).

- «Est-ce que vraiment grandir, vieillir, se marier, avoir des enfants, ça te coupe de tout ce que tu souhaitais devenir ?» (Page 66).

 

Au fil des pages, le lecteur sent la plume du narrateur évoluer, et tout doucement, l’adolescent est en train de devenir un adulte. Le roman débute avec un style plutôt enfantin, pour terminer sur un style plus adulte et plus réfléchi.

Le narrateur se rend alors compte du sens de la vie et de l’importance de croire en ses rêves. Il faut tout faire pour essayer de les concrétiser : «Je sens la vie qui coule dans mes veines – la vie et toutes ses passions. Toutes ses couleurs vives. Je ne veux jamais être une photo aux teintes délavées. Je ne veux pas finir au fond d’un carton, dans un grenier. Je ne veux pas avorter mes rêves» (Page 66).

 

A la fin du roman, le narrateur a changé et les pièces du puzzle se sont assemblées. Mais le jeune garçon se réserve tout de même le droit de se garder son petit jardin secret, et on le comprend : «Il y a encore des choses que je ne peux pas partager avec mon père. Que je ne partagerai d’ailleurs jamais avec personne – ni en virtuel, ni en réel. Il y a des choses qui restent secrètes, privées. Des émotions qui ne se divulguent pas, et qui s’enfoncent dans la mémoire» (Pages 106 et 107).

 

J’ai apprécié également les réflexions sur le blog présentes dans le roman : «Il doit naître par jour autant de blogs que de bébés. Une orgie de création. La mienne est en train de sombrer. Pour mieux renaître. Différente. Accompagnée» (Page 109).

Il est vrai qu’un blog est publié sur Internet ; il est donc accessible à tous. Et même si vous ne voulez pas que vos proches puissent s’y rendre, ils en ont quand même le droit, puisque le contenu de votre blog est public.

Mais au-delà de cet aspect, je comprends aussi le sentiment du narrateur de l’histoire ; ce sentiment que son père avait violé son intimité, je peux le concevoir aisément.

 

Pour terminer, je souhaiterais vous suggérer, comme l’auteur de ce livre finalement, de savourer votre vie et d’en profiter pleinement, parce que, comme il le dit si bien : «Ce qui compte, c’est ici et maintenant» (Page 109).

 

Bref, je vous recommande vivement la lecture de ce très beau livre. Ce fût pour moi un véritable coup de cœur.  Le style est fluide, le livre est court, l’histoire est très prenante et de nombreuses phrases ne manqueront pas de vous faire réfléchir.

A lire et à relire, et surtout, à conseiller à tous ceux qui tiennent un blog.

 

~ Et vous, comment réagiriez-vous si un de vos proches lisait votre blog ou votre journal intime ?

~ Ce livre pourrait-il vous intéresser ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Fanny 11/12/2010 02:39



Je suis vraiment tentée par ce bouquin... C'est toujours ce qui m'a gênée en lisant des blogs "personnels", pouvoir éventuellement tomber sur le blog d'une de mes connaissances... Car finalement
le monde est petit ! Cela n'est pas encore arrivé mais je sais que ça serait vraiment bizarre.


Rien que mon blog beauté j'en ai quasiment pas parlé à mes amies alors...



Opti-mix-tic54 05/12/2010 22:33



Tu me donnes très envie de lire ce livre qui semble très passionnant!!!!


Je vais le noter sur ma liste de mes futurs achats de livres!



Fringues et macarons 01/12/2010 01:41



Ton post m'a donné envie de le lire!


Bises



Paillettes et Futilités 29/11/2010 10:40



Il m'intrigue ce livre, ça me tente bien, alors que je n'aime pas lire :)


Mais je comprends tout àf ait ce sentiment, même moi qui ait un blog qui ne parle absolument pas de moi ni de ma vie, je ne suis pas sûre que j'aimerais que mes parents le lisent...



Strassybelle 24/11/2010 18:57



Juste pour te dire que j'ai changé un peu ma page Coups de coeur http://jeuxdefille.over-blog.fr/pages/mes-sites-preferes-3734268.html Merci beaucoup pour ta présence sur mon blog ^^