Au secours, il veut m’épouser ! Agnès Abécassis

Publié le par Serena

Voici ma chronique sur un livre que j'ai terminé il y a quelques jours.

 

- Titre du livre : Au secours, il veut m’épouser !

- Auteur du livre : Agnès Abécassis.

- Edition : Le Livre de Poche.

- Genre : chick-lit.

- Nombre de pages : 273 pages.

- Date de publication : avril 2010.

 

°Résumé du livre (quatrième de couverture) :

«Toutes les filles rêvent-elles de se marier ?

Oui… Sauf celles qui l’ont déjà été !

Déborah vit avec Henri, son nouvel amoureux.

De nature enjouée, elle a un caractère facile, si l’on excepte son goût pour les commérages intempestifs ou sa jalousie de pieuvre. Malgré tout, Henri le blagueur aime son impétueuse compagne. Alors, entre deux taquineries, il glisse des allusions sur le mariage.

Mais pour Déborah, plus question de rigoler.

Le mariage, elle connaît. Où trouver dans ce cas, des exemples rassurants ?

Auprès de son amie Daphné, jeune mariée enceinte aux prises avec sa belle-mère horripilante ? Ou de Roxane, ancien top model tiraillée entre couches sales, mari pantouflard et nostalgie de sa gloire passée ?

Devant les vies exaltantes de ces femmes baguées, Déborah va-t-elle tout de même accepter la demande d’Henri ?»

 

secours-veut-epouser

 

°Mon avis :

Le livre commence par des petites anecdotes, qui nous parleront à toutes, j’en suis certaine.

Qui par exemple, n’a jamais eu envie de dévorer un paquet de Pim’s ? Qui n’a jamais eu envie de s’empiffrer pour se réconforter ?

Les tranches de vie racontées par l’auteur nous font réfléchir, mais nous font aussi beaucoup rire.

 

Henri, le compagnon de Déborah, a arrêté de fumer, et ce n’est pas pour déplaire à Déborah ! Jugez-en par vous-même : «Henri a arrêté de fumer lorsqu’il m’a rencontrée (un petit pas pour lui, un grand pas pour son haleine)» (Page 14).

 

Mais surtout, avec ce livre, vous en apprendrez beaucoup sur la gente féminine comme sur la gente masculine.

 

Pour prendre le cas du personnage d’Henri, c’est bien un homme et nous le voyons immédiatement.

Comment remarquer sa fantaisie vestimentaire ? Mais c’est très simple : par le changement de couleur de ses cravates !

Mais ce n'est pas tout. Henri est également un homme qui râle lorsqu’il doit attendre sa dulcinée qui serait trop longue à se préparer, mais il râle aussi lorsqu’il doit conduire dans les embouteillages. Déborah s’en excuse comme elle peut : «Désolé mon chéri, la prochaine fois, promis, je demanderai à Roxane d’organiser son dîner vers 15 heures, quand ça roule bien» (Page 23).

 

Au fil des pages, le lecteur prend conscience que la psychologie des femmes est compliquée : «Je crois qu’il est urgent que j’arrête de me faire de grands débats dans la tête, sinon je vais devenir timbrée» (Page 131).

En effet, les femmes remettent tout en question, pensent en permanence, et surtout, elles se posent un nombre de question phénoménal, si bien, qu’à la longue, qui sait, ça pourrait bien les rendre folles.

 

J’ai trouvé ce livre très drôle, touchant, vraiment bourré d’humour, et tellement vrai !

Messieurs, si vous voulez mieux comprendre la gente féminine, foncez !

Elles, au moins, elles ne passent pas leurs soirées devant un match de football à roter et à avaler des bières.

Certains hommes se lèveraient même lorsqu’un but est marqué… alors que les femmes, elles préfèrent s’occuper de leurs cuticules, histoire de ne pas avoir des mains de camionneurs.

Puis les hommes, on ne peut pas dire qu’ils aiment le shopping, malheureusement pour les femmes : «Ce qui est agaçant chez un homme, c’est qu’on peut difficilement faire les boutiques avec.

Déjà, les courses chez Carrefour, il les fait à trois cents à l’heure, agrippé à son charriot comme au volant d’une voiture de course. Alors qu’on a à peine eu le temps de lire la composition de deux ou trois produits, lui a déjà dévalisé les rayons eaux, gels douche, corn flakes, laitages et pâtes» (Page 135).

 

Mesdames, n’essayez pas d’apprendre l’art du shopping à vos hommes, ils ne sont formatés que pour jouer aux trains électriques (dixit l’auteur, page 136).

 

De plus, les hommes aiment jouer aux cartes, quitte à tricher pour gagner, au Uno par exemple (dixit l’exemple de l’auteur).

Mais les femmes, selon les dires d’Henri, passeraient leur temps à tout critiquer, entre autres.

 

Au fond, les hommes et les femmes parviendront-ils à se comprendre un jour ?

Henri par exemple, laisse sa charmante compagne pleurer, sans daigner venir la consoler ; il attend juste que ça passe.

 

Ce livre comporte aussi des réflexions sur le couple, et sur l’amour en général. En voici quelques unes, qui vous feront peut-être réfléchir, vous aussi :

- «Le couple, c’est un bras de fer dans un gant d’amour» (Page 172).

- «Si vous voulez remplacer l’admiration de beaucoup d’hommes par les critiques d’un seul, allez-y, mariez-vous» [Katharine HEPBURN] (Page 273).

 

J’ai apprécié également les phrases humoristiques, comme par exemple cette phrase sur le temps qu’il fait en Bretagne : «Pourtant il fait beau. (Enfin, il y a de gros nuages lourds. Mais «faire beau» dans la région, ça veut dire qu’il ne pleut pas)» (Page 220).

L’auteur parle également de la gastronomie locale d’une façon qui ne vous laissera pas indifférent : «Par exemple, nous avons découvert qu’ici, tous les restaurants proposent leurs plats emballés dans des crêpes. Au début ça fait bizarre, mais on s’habitue très vite à ces paquets cadeaux culinaires» (Page 246).

 

En bref, à la fin du livre c’est le fameux happy end, et tout se termine bien.

J’ai passé un agréable moment avec ce livre qui nous raconte quelques tranches de vie de Déborah.

Les personnages sont attachants, le roman est drôle et les thèmes abordés sont variés : les enfants, la vie de famille, le couple, l’amitié et même le mariage.

A la fois relaxant, doux, apaisant et tellement drôle, si vous lisez ce livre, vous finirez, je l’espère, le sourire aux lèvres.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
<br /> <br /> Moi qui ne suis pas fan de chick-litt, j'aime pourtant beaucoup ce qu'écrit Agnès Abécassis. Son dernier roman, Soirée Sushi, est très drôle également.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> <br /> Ca a l'air léger et rigolo ^^ J'adore ton article plein de citations ;)<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> <br /> Il a l'air très sympa ce bouquin, même pour quelque qui n'aime pas lire comme moi ;)<br /> <br /> <br /> Et puis ça fait une idée cadeau !<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre